La nutrition, clé du monde de la fertilité - Reproclinic

La nutrition, clé du monde de la fertilité

Le surpoids est l’un des facteurs d’infertilité les plus récurrents dans notre pays et dans de nombreux coins du monde. En fait, la nourriture est la clé du bon fonctionnement de notre organisme, et plus particulièrement de notre système de reproduction. Dans cet article, nous voulons que l’alimentation et la fertilité soient les grands protagonistes.

Une alimentation équilibrée et saine est essentielle pour une santé optimale. Certaines études affirment que la fertilité et la nutrition vont de pair, c’est pourquoi le poids de chaque individu est important.

Dans le cas des hommes, la surcharge pondérale affecte la maturation sexuelle et réduit la qualité et la production de sperme, ce qui diminue le taux de testostérone. Cela se produit pour plusieurs raisons comme une augmentation de la température corporelle des hommes, de la température autour du scrotum, une augmentation des niveaux d’œstrogènes et une réduction des hormones liées à la production de sperme telles que l´inhibine B ou les androgènes. On estime que le fait de dépasser de 10 kilos de poids recommandé réduit de 10% les chances de grossesse.

Normalement, on parle de surpoids, mais que se passe-t-il lorsqu’un homme est en sous-poids? L’insuffisance pondérale affectera également le système de reproduction, entraînant une diminution de la quantité et de la qualité des spermatozoïdes. On estime qu’un poids supérieur de 10 kilos à celui recommandé réduit les chances de grossesse de 10 %.

On sait que les tissus adipeux libèrent une hormone appelée leptine, qui provoque un déséquilibre hormonal, réduisant ainsi la fertilité. Chez les femmes, s’il y a de la graisse localisée dans la région abdominale, il y a une plus grande probabilité de problèmes de stérilité, une résistance accrue à l’insuline et des niveaux réduits d’hormones liées à la production d’androgènes et d’oestrogènes. Tout cela entraîne des altérations des menstruations, de la production et de la qualité des ovules. En conséquence, les chances de fécondation sont réduites.

En résumé, une femme en surpoids (IMC 35) verra ses chances de concevoir réduites de 23 % et 43 % chez les femmes obèses (IMC 40) par rapport aux femmes ayant un IMC dans la fourchette normale (21-29).

Le surpoids et l’obésité affectent également les chances de réussite d’une grossesse. Chez les femmes en surpoids, les chances de mener une grossesse à terme sont réduites de 9 % et chez les femmes obèses de 20 %.

Conseils nutritionnels avant et pendant la grossesse

Une alimentation équilibrée et variée est, comme nous l’avons déjà mentionné, une condition essentielle de la fertilité. La consommation d’acide folique ou de cyanocobalamine, par exemple, permet d’éviter les problèmes futurs dont le bébé pourrait souffrir dans le tube neural. Les feuilles vertes, les noix ou les légumineuses sont des aliments riches en ces deux vitamines.

Les antioxydants favorisent également la fertilité, comme les vitamines A, C et E que l’on trouve dans certains légumes, fruits et graisses sains. Grâce à eux, nous parvenons à éviter le processus d’oxydation de notre corps et à favoriser le développement du placenta.

Le fer, sans aucun doute, est un autre des nutriments dont notre corps a besoin au cours de la grossesse. Comme nous l’avons déjà mentionné dans la section « conseils » de notre newsletter, pendant la grossesse, nous perdons deux fois plus de fer. Il est donc important de consommer des aliments qui fournissent à l’organisme ce minéral, comme les légumineuses, la viande rouge, les épinards ou les fruits de mer.

D’autre part, une consommation modérée de protéines est nécessaire, surtout de protéines animales. Pourquoi ? Parce qu’il a été étudié qu’un abus de protéines animales peut entraîner un risque plus élevé d’infertilité et qu’une consommation plus importante de protéines végétales est recommandée.

Le contrôle des graisses est également très important pour maintenir une alimentation saine et équilibrée. La consommation de graisses saturées ou de graisses trans produit une inflammation, ce qui altère la fonction ovarienne. L’excès de glucides raffinés et de sucre provoque également une inflammation.

Avant et pendant la grossesse, il faut être prudent avec la consommation de caféine, car elle nuit à la qualité des ovocytes et des embryons. Donc il faut réduire la consommation de café pour éviter des dommages irréparables.

Enfin, les carences en zinc et en cuivre peuvent provoquer des fausses couches et même des malformations ou la prématurité du bébé.

Voici quelques-uns des conseils que nous vous donnons dans Reproclinic afin que vous puissiez les suivre avant et pendant votre grossesse. La nutrition est un domaine très pertinent dans le monde de la fertilité et nous devons lui accorder l’attention qu’elle mérite. 

Si vous avez besoin de plus d’informations sur votre régime alimentaire, n’oubliez pas que chez Reproclinic, nous travaillons main dans la main avec des spécialistes et des entraîneurs dans tous les domaines, tels que des nutritionnistes ou des médecins spécialisés dans l’obésité ou le surpoids. Vous pouvez demander une première visite gratuite sans obligation d’évaluer le cas.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.