Comment faire face aux pertes de grossesse et aux décès néonatals? - Reproclinic
Is infertility still a taboo subject in the 21st century?

Comment faire face aux pertes de grossesse et aux décès néonatals?

Par le Comité de Rédaction de Reproclinic

La grossesse et la naissance d’un bébé sont sans aucun doute l’une des périodes les plus excitantes de la vie. Des moments pleins de projets, d’espoir, d’inquiétude, de joie. …. C’est pourquoi personne n’est prêt à recevoir des nouvelles aussi terribles.

À Reproclinic, nous savons que la douleur de perdre un bébé, que ce soit pendant la grossesse ou le nouveau-né, est indéniable. Un deuil intérieur que les familles doivent subir et que nous ne pouvons pas ignorer.

Et, selon les circonstances de la perte, revivre le processus peut être rempli de craintes et de doutes que la même chose se reproduise.

Il existe même des situations dans lesquelles les patients eux-mêmes n’ont aucun désir de s’impliquer émotionnellement avec le nouveau bébé de peur que la situation ne se répète et ils passent leur grossesse bloqués sans pouvoir se connecter avec leur enfant.

Dans ces moments-là, l’accompagnement de l’entourage direct semble fondamental. Montrer un soutien total dans les états de découragement nécessite une attention particulière.

Il y a des situations dans lesquelles, avec les meilleures intentions, nous ne pouvons pas éviter les commentaires qui rappellent des souvenirs de la perte, créant une plus grande usure émotionnelle. Nous ne devons pas oublier que les souvenirs ou l’expérience douloureuse subie sont quelque chose qui ne peut s’expliquer si elle n’a pas été vécue à la première personne.

Dans ces cas, l’accompagnement émotionnel est très important, tant dans le processus qui suit la perte qu’au moment de faire face à la recherche d’une nouvelle grossesse.

Pendant tout ce temps, il se produit toute une série de montagnes russes d’humeurs. Beaucoup d’émotions qui doivent être gérées et canalisées de la meilleure façon possible et cela n’est pas toujours possible sans une aide professionnelle.

Comment gérer les pertes de grossesse et les décès néonatals ?

Il existe un proverbe lié au deuil et à la perte… Lorsqu’une personne perd son père ou sa mère, on dit qu’elle est orpheline, lorsqu’un mari ou une femme perd son partenaire, on dit qu’il est veuf/veuve, mais lorsqu’une mère/un père perd ses enfants, il n’y a pas de nom pour cela…, et ce nom n’existe pas parce que la douleur de la perte de cet enfant est insoutenable….. Et je peux vous le dire parce que je suis passée par là et que cette perte est quelque chose que je porterai avec moi toute ma vie.

Octobre est le mois de la perte du nouveau-né et de l’enfant, et peu importe où en est une femme dans sa grossesse, quand cette grossesse est perdue, ce bébé, cet enfant est une vie qui s’est envolée, cela peut être une fausse couche de quelques semaines, ou un bébé mort-né. J’ai eu les deux et j’ai pensé que je ne pouvais pas continuer à vivre parce que cette douleur, n’a pas de nom.

Je m’appelle Monica Bivas, je suis une maman morte-née, et une guerrière de la FIV, ainsi qu’une coach en matière de fertilité. Le 10 octobre 2010, (j’en étais à mon troisième cycle de FIV), j’avais 39 semaines lorsque ma petite fille Isabelle a cessé de bouger dans mon ventre et est morte d’un caillot de sang dans le cordon ombilical. J’ai dû aller accoucher ma fille morte à l’hôpital, tout s’est mal passé, ce qui suppose un voyage à l’hôpital où je reviendrai à la maison avec un bébé dans les bras prêt à être nourri au lait maternel, et les longues nuits sans sommeil sont devenues un cauchemar que je ne souhaite à personne dans cette vie.

Oui, mon corps était prêt à nourrir un bébé, et mon lait ne s’arrêtait pas de couler, et mes nuits sans sommeil étaient ainsi, non pas parce que le cri de mon bébé me réveillait, mais parce que je me réveillais en pleurant de son absence, je ne pouvais pas supporter la sensation et la réalité de voir ce berceau vide à côté de notre lit. J’espérais que tout ce que je vivais ce momet était un mauvais rêve, un cauchemar dans lequel je me réveillerais fils et que je relâcherais juste que c’était cela : « Un mauvais rêve ».

Eh bien, ce n’était pas le cas, c’était réel, et d’une manière ou d’une autre, je devais y faire face et trouver un moyen d’essayer d’apprendre à continuer à vivre sans ma petite fille. Je dois trouver un moyen de vivre avec cette douleur et tout ce qui ne le sera pas : ses anniversaires, ses vacances, ses pleurs, ses roulements, sa première marche, son premier jour d’école, sa bat mitzvah, chaque moment qui ne m’appartient pas mais qui appartient à Dieu.

J’étais dans le refus, je ne voulais pas vivre et c’est la vérité pure et simple, mais en même temps, j’avais mon mari, ma fille Eliyah, ma belle-fille Daniella et ma mère, qui me rappelaient que d’une manière ou d’une autre, je devais réaliser qu’ils avaient besoin de moi, qu’Isabelle ne voulait pas que maman soit perdue et qu’elle souffre encore, Certains couples ont besoin d’une thérapie, d’autres se soignent en se soutenant mutuellement, d’autres encore ont des proches qui les entourent jusqu’à ce que le temps guérisse, mais cette cicatrice sera toujours là.

Ce que j’ai fait pour être là où je suis maintenant est un long processus, ce n’est pas facile, c’est douloureux, mais lorsque nous le reconnaissons et que nous en sommes conscients, nous commençons à faire de petits pas vers la guérison et le rétablissement, même si à ce moment-là nous ne réalisons même pas que nous le faisons. Il est normal de se sentir vaincu, coupable, de penser que nous avons fait quelque chose de mal, encore une fois, cela fait partie du processus et chacun de ces sentiments sont de petits pas vers la guérison. Souvenez-vous toujours que nous ne reconnaissons pas notre force intérieure, notre patience et notre persévérance jusqu’à ce que nous perdions quelqu’un que nous aimons. (J’ai appris cela de mon bel ami Melo Garcia qui a vécu la même douleur).

Ne niez pas ce que vous ressentez, vous avez le droit de ressentir ce que vous ressentez, c’est-à-dire le deuil et lorsque nous sommes en deuil, nous sommes en train de guérir, rappelez-vous toujours cela. Comme j’ai dit, la douleur est là et vous aurez toujours cette cicatrice dans votre âme et dans votre cœur, mais vous vous en sortirez chaque jour, cela ne signifie pas que vous vous en sortirez, mais que vous vivrez avec, ce qui fait la différence. Ma mortinaissance et ma fausse-couche (qui a été mon quatrième cycle de FIV) à 7 semaines m’ont aidée à redéfinir mes objectifs et mes visions de la vie, et cette douleur que j’ai endurée est maintenant le but que je me suis fixé pour aider les autres à marcher sur le chemin de l’infertilité, du deuil et de la perte, ma fille est mon guide, la lumière du but que je poursuis aujourd’hui.

Je vous laisse avec un beau rappel de mon ami Melo Garcia : « Le moment où j’ai réalisé combien de temps le reste de ma vie va se passer sans vous, c’est le moment où j’ai su que vous me manqueriez et que j’aurais besoin de vous pour le reste de mes jours, TOUT CE QUE JE FAIS EST EN HONNEUR POUR VOUS » …et j’ajouterai : « PARCE QUE VOUS ÊTES CETTE LUMIÈRE ET CETTE ÉCLAIRAGE QUI ME TENNENT EN haleine…. ».

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.