Quels tests diagnostiques peuvent être effectués pour étudier l'endomètre? - Reproclinic
tests diagnostiques

Quels tests diagnostiques peuvent être effectués pour étudier l’endomètre?

La semaine dernière, nous avons traité le sujet de l’ENDOMETRIOSE, profitant du fait que le lundi 14 mars, sa Journée mondiale a été célébrée. Une pathologie qui survient en âge de procréer et qui, comme nous l’avons mentionné, conditionne la qualité de vie de nombreuses femmes et peut entraîner l’infertilité dans certains cas. Dans le BLOG d’aujourd’hui, nous allons parler des tests de diagnostic qui peuvent être effectués pour évaluer l’ENDOMÈTRE, qui est la surface qui tapisse la cavité utérine (dans des conditions normales) et un élément d’une importance vitale dans le processus d’implantation de l’embryon.

Avant de suivre un traitement de PMA, il est nécessaire de réaliser une série de tests pour évaluer la santé de votre système reproducteur. Au sein des différentes parties qui le composent (utérus, trompe, ovaires…), l’endomètre est l’un des plus pertinents dans le processus de fertilité.

L’endomètre, comme nous l’avons dit au début, est la surface où l’embryon doit s’implanter et se développer. Pour que cela se produise, une série de processus extraordinairement complexes doivent avoir lieu, sur lesquels nous avons de plus en plus d’informations.

Nous avons à notre disposition, en plus des tests classiques (échographie, biopsie endométriale classique), des tests de plus en plus sophistiqués pour évaluer des aspects inconnus jusqu’à il y a quelques années, comme la fenêtre d’implantation et le microbiome endométrial (propre et pathogène).

TESTS CLASSIQUES

ÉCHOGRAPHIE GYNÉCOLOGIQUE TRANSVAGINALE

Connu de tous, c’est un outil qui reste indispensable en pratique clinique. Il permet de diagnostiquer des lésions telles que les polypes, les fibromes, les adhérences intra-utérines, les malformations utérines…, qui peuvent affecter l’endomètre et entraver l’implantation de l’embryon. L’ÉCOGRAPHIE 3D offre une sensibilité encore plus grande lors du diagnostic d’altérations plus sensibles telles que l’adénomyose et des malformations utérines plus subtiles.

HYSTEROSCOPIE + BIOPSIE ENDOMETRIALE CLASSIQUE

L’hystéroscopie est une intervention simple, réalisée en ambulatoire (sans admission), et très utile. Elle consiste en l’introduction d’une très petite optique par voie vaginale, qui accède à l’intérieur de la cavité utérine par le col de l’utérus, et permet de voir des lésions endométriales qui peuvent passer inaperçues à l’échographie, et de pouvoir les traiter en même temps, ainsi que la collecte d’échantillons d’endomètre pour une analyse ultérieure. De même, il nous permet de traiter des lésions encombrantes préalablement diagnostiquées par échographie, comme les polypes, les fibromes, certaines malformations comme le septum utérin, etc.

NOUVEAUX TESTS

TEST DE RÉCEPTIVITÉ ENDOMÉTRIALE

La fenêtre d’implantation est définie comme la période de temps pendant laquelle l’endomètre de l’utérus maternel présente un environnement propice à l’implantation d’embryons. Dans les traitements de procréation assistée, des tentatives sont faites pour reproduire les mêmes conditions qui se produisent lors de la fécondation naturelle. Mais toutes les patientes n’ont pas un endomètre réceptif alors qu’il « toucherait » théoriquement. Dans ces cas, nous pouvons nous retrouver dans la situation frustrante de plusieurs transferts d’embryons de bonne qualité sans parvenir à une grossesse, ce que nous appelons un échec d’implantation. De même, compte tenu de cette particularité, de plus en plus de patientes demandent ce test avant même de réaliser leur premier transfert, afin de « personnaliser » au maximum le transfert de leurs embryons, et d’augmenter dès le départ les chances de succès.

Eh bien, dans l’idée de répondre et de résoudre ce problème, il existe plusieurs tests capables d’établir la fenêtre d’implantation pour chaque patiente, en réalisant une biopsie de l’endomètre après une préparation hormonale identique à celle que nous ferons pour le transfert. Le matériel biopsié est analysé à l’aide d’une technologie de pointe, capable d’établir sa réceptivité (ou non) au moment de la biopsie. Selon les résultats, et en modifiant le schéma d’administration de la progestérone dans les jours précédant le transfert, des taux de grossesse plus élevés peuvent être atteints. Le test le plus connu est le ERA TEST, mais il en existe déjà plusieurs sur le marché.

MICROBIOME ENDOMETRIQUE

Grâce à la même biopsie de l’endomètre, la composition des bactéries qui colonisent cette surface peut être étudiée. Si après une étude sophistiquée une proportion réduite de Lactobacillus (les bonnes bactéries) est trouvée, un traitement avec des probiotiques vaginaux et oraux pourrait améliorer ce microenvironnement, le rendant plus favorable à l’implantation. De la même manière, si des germes pathogènes (mauvaises bactéries) prolifèrent dans la biopsie, un traitement spécifique avec des antibiotiques pourrait également éradiquer un environnement hostile à l’implantation, améliorant ainsi les taux d’implantation. Bien que plusieurs tests soient déjà sortis sur le marché, les plus connus sont les tests EMMA et ALICE.

Chez Reproclinic, avant tout traitement, nous réalisons tous les tests diagnostiques nécessaires pour optimiser les résultats de nos traitements, d’un point de vue scientifique et humain à la fois.

Si vous souhaitez vous mettre entre les mains des meilleurs en matière de procréation assistée, n’hésitez pas à demander votre premier rendez-vous gratuitement.

No Comments

Post A Comment