Quelles sont les conditions de travail dans un laboratoire de FIV? - Reproclinic
Interview with Marta Asensio, laboratory director at Reproclinic

Quelles sont les conditions de travail dans un laboratoire de FIV?

Entretien avec Marta Asensio, directrice du laboratoire à Reproclinic

Le travail effectué dans un laboratoire de FIV est très important. La qualité des actions et les résultats obtenus se traduisent dans un pourcentage élevé de réussite dans la naissance du bébé. On peut donc dire que c’est le moteur d’une clinique de fertilité. 

Parce qu’elle joue un rôle si important dans le monde de la PMA, elle exige que nous lui accordions l’espace et la pertinence qu’elle mérite. C’est pour cette raison que nous avons voulu faire un entretien à la directrice du laboratoire Reproclinic, Marta Asencio, afin que vous puissiez comprendre quel travail est effectué dans ce laboratoire, pourquoi il est si important et quels sont les détails qui font de Reproclinic l’un des laboratoires les plus importants au niveau international.

 

1. Vous dites que les ovules et les embryons sont très délicats. C´est vrai?

 

Oui, c’est vrai. Les gamètes et les embryons sont très sensibles à l’exposition aux polluants environnementaux. La qualité de l’air à l’intérieur du laboratoire et des incubateurs dans lesquels les embryons sont cultivés a une grande influence sur leur développement et leur viabilité pour une implantation réussie dans l’utérus maternel. Les composés organiques volatils (COV) ou les particules présents dans l’air peuvent nuire à la fécondation et au développement de l’embryon.

Les COV sont des composés organiques présents dans divers matériaux présents dans le laboratoire (peintures, mobilier, équipements, produits de nettoyage) ou dans le personnel de laboratoire lui-même (parfums, laques, cosmétiques) qui sont libérés dans l’environnement par évaporation à température et pression environnementale. C’est pour ça qu´il convient d’utiliser des matériaux exempts de ces composés dans le laboratoire et de limiter autant que possible l’accès du personnel qui ne doit pas utiliser de parfums ou d’autres produits pouvant en contenir.

Bien que l’embryon ne soit pas complètement protégé des COV dans le tractus maternel, les poumons, le foie et les reins de la mère assurent une filtration et une détoxification considérables des COV, réduisant ainsi l’exposition de l’embryon. En revanche, l’embryon in vitro ne dispose pas de tels mécanismes de protection et des mesures doivent donc être prises pour réduire activement la présence de COV dans l’air général du laboratoire et dans l’incubateur en particulier. Pour obtenir une bonne qualité d’air, le laboratoire doit disposer d’un système de filtration efficace pour réduire les particules, les micro-organismes et les COV, équipé de filtres HEPA et de filtres à charbon. 

Nous devons vérifier l’efficacité de notre système de filtration pour garantir un environnement sûr pour la culture d’embryons par des contrôles environnementaux qui doivent être effectués régulièrement. Ces contrôles analysent et quantifient la qualité de l’air en effectuant des contrôles microbiologiques, la quantification des particules, la température, l’humidité et la pression positive dans le laboratoire pour empêcher l’entrée de particules et de micro-organismes de l’extérieur.

 

2. Les processus de laboratoire sont très complexes et sensibles, quelles mesures de contrôle avez-vous mises en place?

 

Outre la qualité de l’air, il existe des facteurs physico-chimiques clés dans le système de culture qui affectent le développement des ovocytes et des embryons dans le laboratoire de FIV: la température, l’osmolarité et le pH des milieux de culture et, comme je l’ai déjà mentionné, les substances toxiques.

Il est important de disposer d’un système de contrôle de la qualité du laboratoire qui identifie tous ces facteurs sur une base quotidienne ou de routine, afin d’obtenir un excellent système de culture qui permette le bon développement des embryons.

Température : Le maintien d’une température appropriée pendant la manipulation et la culture des cellules est un facteur critique pour l’optimisation d’un système de culture FIV. Des températures inadéquates peuvent compromettre la fonction et le développement des cellules et ainsi réduire les résultats de la FIV. La température optimale pour la manipulation et la culture des gamètes et des embryons doit être de 37°C. Il convient donc de le faire sur des surfaces chauffées qui offrent cette température. Il est important de vérifier quotidiennement les surfaces et le milieu de culture avec des thermomètres calibrés.

Humidité: elle est nécessaire pour éviter l’évaporation du milieu de culture sur la surface chauffée et, par conséquent, une modification de l’osmolarité du milieu. Une humidité excessive pourrait favoriser la croissance de micro-organismes dans l’incubateur, ce qui aurait un impact négatif sur le développement des embryons. Pour éviter l’évaporation du milieu, une couche d’huile de paraffine est ajoutée aux plaques de culture pour protéger la surface du milieu.

Ph: Le ph intracellulaire régule une grande variété de processus cellulaires tels que la division cellulaire ou l’expression des gènes. Les modifications du pH du milieu pendant la manipulation ou la culture des gamètes ou des embryons pourraient affecter leur développement. Bien que les milieux de culture intègrent des formulations permettant de stabiliser le pH, il est nécessaire de surveiller cette variable en permanence. Il est important de noter que des changements dans les conditions de température, d’osmolarité ou d’environnement gazeux de la plaque de culture peuvent également affecter le pH du milieu. C’est pourquoi il est si important de garder tous ces paramètres sous contrôle.

Dans un laboratoire de FIV, il faut non seulement tenir compte du domaine de l’embryologie clinique proprement dit, mais aussi mettre en place un système de gestion de la qualité pour garantir la qualité du service offert aux patients.

Pour qu’un centre de reproduction soit officiellement reconnu, il doit avoir mis en œuvre les normes internationales officielles (ISO), notamment la norme ISO 9001 pour l’assistance clinique aux couples infertiles, et, au niveau national, la norme espagnole UNE 179007 sur les systèmes de gestion de la qualité dans les laboratoires de PMA. Cette norme est une extension spécialisée de la norme ISO 9001 qui vise à créer des normes sectorielles et à unifier les critères applicables aux laboratoires de techniques de procréation assistée (TPA). Cette accréditation permet de fournir un service de haute qualité aux patients, au personnel clinique et aux fournisseurs.

La gestion d’un système de qualité doit être détaillée dans un manuel de qualité, qui contient des informations sur toutes les activités menées dans un laboratoire et la politique de contrôle de la qualité de l’entreprise, un registre des processus développés dans le laboratoire et les personnes qui en sont responsables. De plus, il devrait y avoir des indicateurs de qualité qui permettent d’analyser si les procédures sont réalisées avec une certaine compétence et le résultat attendu.

 

3. Reproclínic s’engage à cultiver les embryons jusqu’au cinquième jour et à les transférer. Pourquoi?

 

La culture jusqu’au blastocyste permet de poursuivre l’évaluation du développement de l’embryon, y compris les aspects morphologiques, morphocinétiques, métaboliques et cytogénétiques. Cela permet de sélectionner correctement les embryons ayant la meilleure capacité de développement et le meilleur potentiel d’implantation. 

Certaines publications décrivent que les embryons au stade de blastocyste ont un taux plus faible d’aneuploïdie et de fausses couches.

En outre, le transfert de blastocystes permet une meilleure synchronisation entre l’embryon et l’utérus que dans le cas des embryons au stade cellulaire.

L’amélioration des techniques de culture d’embryons et le contrôle strict de la qualité en laboratoire nous ont fourni des outils suffisants pour disposer d’un excellent programme de culture jusqu’au blastocyste, ce qui nous a permis d’effectuer une sélection correcte d’un seul embryon à transférer sans diminuer les taux de grossesse et en réduisant le taux de grossesses multiples.

Avez-vous mieux compris le travail effectué dans le laboratoire et son importance? À Reproclinic, nous voulons être à vos côtés, à tout moment et tout au long du processus, pour vous apporter le soutien dont vous avez besoin et pouvoir résoudre à tout moment les doutes que vous pourriez avoir. 

Ne manquez pas le webinaire qu’Aina Canyelles, embryologiste à Reproclinic, tiendra en anglais, dans lequel elle expliquera ce qu’est un laboratoire de PMA de l’intérieur, comment s’y déroule l’activité, et elle répondra à tous les doutes que vous pouvez avoir. Si vous êtes intéressé, vous pouvez vous inscrire via ce lien et vous pouvez accéder au zoom ici.

No Comments

Post A Comment