La sécurité dans nos laboratoires de PMA - Reproclinic
reproclinic sécurité dans nos laboratoires

La sécurité dans nos laboratoires de PMA

Lorsque nous rencontrons un couple ou une femme qui souhaite changer de vie et opter pour la maternité (et tout ce que cela implique), nous écoutons les doutes ou les inquiétudes qu’ils ont, afin de rassurer nos patients et de résoudre toutes leurs questions. L’une de ces préoccupations est le fait qu’il y ait une erreur dans la manipulation des ovules, du sperme ou des embryons. C’est pour ça que, dans cet article, nous souhaitons vous expliquer comment fonctionne notre laboratoire et comment la sécurité en est le principal protagoniste.

L’anxiété, les nerfs et les inquiétudes sont des émotions qui peuvent entraver le processus de PMA. Le chemin lui-même génère cette gêne, il est donc essentiel que le traitement, les services et le personnel parviennent à rendre le chemin de la fertilité plus supportable.

Évitez l’erreur humaine!
La sécurité est le terme le plus exigé dans une clinique de PMA, et plus particulièrement dans son laboratoire. En tant qu’êtres humains, nous pouvons faire une erreur, mais ce sera une erreur qui affectera une famille de manière grave, et c’est pour ça que à Reproclinic nous avons décidé d’éviter toutes les erreurs possibles. Comment ? Tout d’abord, en identifiant correctement les gamètes et les embryons des patients en cours de traitement. Et deuxièmement, mais tout aussi important, avec notre double système de contrôle. Deux biologistes certifient tous les processus, l’un ayant pour rôle d’effectuer les tâches requises et l’autre vérifiant que les gamètes ou les embryons à manipuler ont été sélectionnés correctement et qu’il n’y a pas de croisement d’échantillons par erreur.

Lorsque la patiente arrive au bloc opératoire pour la ponction ovarienne ou le transfert d’embryon, l’embryologiste vérifie les antécédents médicaux de la patiente et lui demande directement son nom. Dans le cas de la ponction, l’embryologiste place une étiquette d’identification dans la zone où les ovocytes seront manipulés. Une fois obtenue, cette étiquette est placée à l’extérieur de l’incubateur où ils seront cultivés.

Quant à l’échantillon séminal, le patient l’obtient dans notre clinique. Avant de prélever l’échantillon, l’infirmière vérifie l’identité du patient à l’aide d’un document officiel. Une fois l’échantillon obtenu, le patient place une étiquette d’identification portant son nom et celui de son partenaire sur le récipient contenant l’échantillon et remet un document signé attestant que l’échantillon est le sien. Le personnel infirmier, puis l’embryologiste, vérifient que les informations figurant sur l’étiquette sont correctes.

Tous les matériels contenant des échantillons du patient pendant le traitement, tels que les tubes, les plaques de culture, les spécimens, sont étiquetés avec le nom du patient et le numéro du dossier médical. Ces données doivent être constamment révisées par le second biologiste. Cette révision se traduit par une signature du protocole de laboratoire, qui décrit les processus qui sont réalisés quotidiennement en laboratoire lors du traitement des patients, tels que l’insémination de gamètes, le transfert d’embryons ou la cryoconservation, etc…

Quant aux échantillons cryoconservés, ils sont étiquetés avec un code unique pour les patients et pour chaque échantillon au moyen d’étiquettes résistant à l’azote liquide. Lors de la décongélation des échantillons, on utilise le double système de contrôle dans lequel on vérifie que l’identification des échantillons à décongeler correspond aux patients en cours de traitement.

À Reproclinic, nous voulons aider tous nos patients à vivre ce processus avec la tranquillité d’esprit et la sécurité qu’ils méritent. C’est pour ça que nous travaillons chaque jour pour disposer de la technologie nécessaire à ces processus, pour offrir une sécurité maximale dans notre travail et pour apporter la confiance qu’attend chaque patient. La sécurité biologique est la chose la plus importante!

No Comments

Post A Comment