Entretien avec Stéphanie Toulemonde, notre coach en fertilité féminine - Reproclinic
Stephanie Toulemonde

Entretien avec Stéphanie Toulemonde, notre coach en fertilité féminine

Ce mois-ci, nous avons le plaisir de pouvoir interviewer l’une des plus anciennes collaboratrices de Reproclinic, Stéphanie Toulemonde, coach spécialisée en fertilité féminine et en accompagnement émotionnel dans les traitements de procréation assistée. Elle est également co-fondatrice de She Oak, une association dont la mission est d’offrir un soutien émotionnel et physique à toutes les mères et couples qui vont subir une PMA.
Mère de deux belles filles grâce à la procréation assistée, Stéphanie a réalisé son rêve comme beaucoup d’autres femmes, après un parcours difficile et précaire. Pour cette raison, nous aimerions que vous compreniez, grâce à leur expérience personnelle et professionnelle, l’importance du soutien émotionnel lors d’un traitement de procréation assistée et le rôle que jouent les méthodes complémentaires dans ces processus.

1. Est-ce votre expérience personnelle qui vous a amené à quitter votre métier dans le monde du marketing et de la communication, pour devenir coach en fertilité et procréation assistée?

Le chemin que j’ai suivi pour pouvoir avoir mes filles est lié à ma décision d’accompagner les gens dans leur traitement de la fertilité. Un processus que j’ai vécu très seul et dans lequel j’ai senti qu’il me manquait un accompagnement, sans jugement et pratique. Par conséquent, à la suite de cette expérience, mon objectif était d’offrir tout ce qui me manquait et que j’aurais aimé recevoir.
Pendant 16 ans, j’ai travaillé dans le monde du marketing et de la communication, et j’aimais mon métier! Travailler dans de grandes multinationales m’a donné la stabilité dont j’avais besoin et m’a permis de subir ce type de traitement. Mais, après avoir eu mes filles, j’ai ressenti le besoin de changer de carrière, de faire un métier qui avait plus de sens pour moi. J’aimais mon travail, mais il ne me faisait pas sentir utile, je n’avais pas le sentiment qu’il apportait vraiment quelque chose de valeur, et je cherchais cette valeur, en aidant les autres.
Alors, je pense que le fait d’être passé par des processus de fécondation in vitro m’a fait changer d’approche pour aider les autres, qui avec mon aide se sentent compris et non jugés. Un aspect qui apporte de la qualité à mes séances!

2. Comment l’infertilité peut-elle affecter la santé mentale d’une personne? Quelles émotions sont les plus fréquentes?

L’acte de fonder une famille et de chercher un bébé est un processus très émotionnel, car il touche la partie la plus intime de nous: notre capacité à nous reproduire. Dans tout processus de PMA, la charge émotionnelle est très importante, car les émotions positives sont mélangées, telles que la joie, l’illusion et l’espoir; avec des sentiments négatifs, comme la peur que ça ne marche pas, la colère de ne pas pouvoir concevoir naturellement ou le jugement de soi d’avoir attendu si longtemps… Les reproches que l’on se fait à soi-même sont nombreux.
La jalousie est également très présente envers les personnes capables de concevoir. Cela nous rappelle que nous ne pouvons pas, et nous nous fâchons! Mais, en même temps, nous nous sentons aussi coupables de ressentir cela envers cette personne que vous aimez tant.
Un autre aspect est le deuil qu’une personne traverse lorsqu’elle suit un traitement de fertilité, qu’il s’agisse de sa vision de la fertilité, de la création d’une famille parfaite ou du romantisme. Il y a beaucoup d’émotions et un duel, qui ne sont pas faciles à gérer et qui ont un impact important sur le plan psychologique et émotionnel.
Dans de nombreux cas, l’isolement apparaît également, dû à la difficulté de pouvoir écouter certaines personnes qui donnent leur avis, parlent sur le sujet ou donnent des conseils, et qui, sans le vouloir, se trompent. Un isolement qui est aussi lié au tabou. Actuellement, il y a encore beaucoup de honte et d’ignorance envers l’infertilité, ce qui en fait un sujet très difficile à aborder et nous pousse souvent à le vivre seul.

3. Cela peut-il également affecter votre santé psychologique lors de la conception?

C’est très difficile à dire avec certitude. De toute évidence, l’incertitude a un impact négatif sur le plan émotionnel. Cependant, que ce problème psychologique puisse affecter les résultats n’est pas une théorie éprouvée.
On sait que le stress est contre la fertilité, car au niveau physiologique il l’affecte, mais lors d’une FIV par exemple, il n’a pas été démontré qu’il puisse affecter les résultats. Ce qui affecte, évidemment, la façon dont nous vivons, car ce sont des processus complexes et parfois longs, dont nous ne savons pas quel sera le résultat.
Ainsi, les émotions peuvent avoir un impact pertinent sur la façon dont nous les vivons. C’est pourquoi il est si important de pouvoir travailler sur la santé émotionnelle lors de ces processus, afin de mieux les vivre et d’être plus réceptif.

4. Quel est votre rôle dans ces cas?

Mon rôle de coach est de fournir un soutien et un accompagnement émotionnel tout au long du processus, c’est-à-dire avant le traitement et pendant le processus, avec ses hauts et ses bas émotionnels. Mais aussi le poste: les jours d’attente du résultat et les premières semaines de grossesse, car ce n’est pas toujours une période où les femmes ou les familles sont sereines, donc elles ont besoin d’un accompagnement.
Ce que nous faisons dans les séances de coaching, c’est d’identifier toutes les émotions que la personne ressent, d’essayer de les comprendre et, évidemment, de les accepter. Après cela, il est indispensable de démarrer des petits outils qui permettent de mieux gérer le quotidien avec ce procédé. Par conséquent, mon travail consiste à rendre le processus plus positif, plus supportable et plus serein.

5. Comment le yoga, par exemple, ou d’autres traitements complémentaires peuvent aider à améliorer les problèmes d’infertilité?

Il n’y a pas d’études montrant que le yoga ou d’autres traitements complémentaires peuvent aider à surmonter les problèmes de fertilité. Eh bien, en fait, il y a des études qui montrent oui et d’autres le contraire.
Ce qui est certain, c’est que lorsqu’une personne prend soin d’elle-même, à travers n’importe quel traitement, elle améliore sa forme physique et augmente le sentiment de se sentir bien dans sa peau. Le yoga et d’autres traitements, tels que l’acupuncture, améliorent la condition physique générale, aident à mobiliser le corps et la circulation sanguine et à mieux préparer le corps à la grossesse.
Je pense aussi qu’il y a une dimension psychologique à tout cela, c’est-à-dire que si une personne qui suit un traitement de fertilité prend le contrôle de son processus et démarre les choses pour pouvoir se connecter avec son corps, elle deviendra actrice sur son propre chemin vers la fertilité. Un fait qui vous aidera beaucoup dans le traitement.

6. Que ressentez-vous lorsqu’il s’agit d’aider les familles à réaliser et à réaliser leur rêve?

Je me sens phénoménal! J’ai commencé par ça, comme je l’ai dit au début, pour me sentir utile. Et, clairement, au bout de quelques séances, quand la personne me dit qu’elle a compris des choses, qu’elle a commencé des choses, et que tout ça m’a rendu plus serein en cours de traitement… ça me fait sentir que j’ai du bon sens. Ça me remplit de joie d’aider les familles à réaliser leur rêve!
C’est vrai qu’il y a des couples ou des femmes qui abandonnent en cours de route, mais j’ai quand même le sentiment que les séances avec moi l’ont aidé à se sentir mieux et à prendre des décisions difficiles.

7. Que diriez-vous à une femme ou à un couple suivant un traitement de procréation assistée?

Je lui dirais plusieurs choses. La première est que vous devez être informé par des professionnels (coachs, infirmières, thérapeutes en thérapies alternatives, médecins, etc.) Lors de chaque visite chez le médecin, vous devez poser beaucoup de questions pour être bien informé sur le processus. L’information c’est le pouvoir! Si vous avez des informations et savez plus ou moins ce qui va se passer à chaque étape, le poids émotionnel sera inférieur.
La deuxième chose est, avant tout, de ne pas rester seul. Vraiment, je pense que ce sont des processus qui peuvent vous faire vous sentir très seul, à cause du tabou, à cause de la honte, à cause du manque de compréhension de l’environnement, à cause de la peur de le dire et que ça ne marchera pas… Alors, beaucoup de couples ou de femmes s’isolent et vivent tout cela seules, elles ne le verbalisent pas. Et je pense qu’il est très nécessaire de pouvoir communiquer, que ce soit en famille ou entre amis.
S’ils ne peuvent pas vous offrir l’aide dont vous avez besoin, vous pouvez demander l’aide de personnes plus éloignées, comme des professionnels. Bien qu’il puisse aussi s’agir de personnes, comme le cousin d’un collègue, qui ont vécu cela et, pour cette raison, comprennent parfaitement les émotions qu’ils ressentent. Il est très important de pouvoir parler à quelqu’un qui ne vous juge pas et qui vous comprend.

Troisièmement, il est également très important de continuer à faire des projets. Ce que je fais beaucoup dans les séances, c’est un travail sur le traitement de fertilité lui-même, en plus de toutes les facettes de la vie de la personne. Parce qu’en fin de compte, ce processus peut affecter votre environnement, comme les relations avec la famille, les amis, le travail, la santé, les loisirs… Pour cette raison, il est très remarquable de continuer à avoir une vie au-delà du traitement de fertilité, et de ne pas tout concentrer sur le processus, car il est alors très difficile de le prendre sur le plan émotionnel.

Enfin, mon dernier conseil est de ne pas hésiter à demander de l’aide. C’est un peu lié au deuxième point, celui de ne pas être seul. Demander de l’aide par l’intermédiaire d’un professionnel, pour vous accompagner et vous entourer durant ce processus, est essentiel! Cela aide beaucoup à maintenir l’espoir et l’illusion pendant le traitement.
C’était un honneur de pouvoir parler à Stéphanie et d’en apprendre un peu plus sur son travail et son rôle dans les processus de fertilité. Chez Reproclinic, nous avons l’opportunité de travailler avec elle dans nos séances de soutien émotionnel pour les patients étrangers.
Si vous voulez en savoir beaucoup plus sur la relation entre les émotions et les traitements de procréation assistée, sur notre chaîne YouTube, vous pouvez trouver des webinaires mettant en vedette notre coach qui, nous en sommes sûrs, vous seront d’une grande aide.

No Comments

Post A Comment